Allemand Français
Connaissances ebi-actuel À quoi ressemble une journée dans un cabinet vétérinaire?

À quoi ressemble une journée dans un cabinet vétérinaire?

Un chien boîte, un chat ne mange plus ou encore un cochon d’Inde souffrant d’un problème avec ses dents, c’est évidemment toujours vers le vétérinaire que l’on se tourne. À quoi ressemble donc concrètement une journée dans un cabinet vétérinaire? Suivez-nous dans le cabinet Holivet à Brügg, où le vétérinaire Alain Christen nous a ouvert ses portes, nous donnant ainsi l’occasion de l’accompagner tout au long d’une journée.

Le cabinet vétérinaire holistique d’Alain Christen

Un jeudi matin du mois de mai, peu avant huit heures du matin, je gare ma voiture devant le cabinet vétérinaire holistique d’Alain Christen. Je m’apprête à ouvrir la portière lorsqu’un homme accompagné d’un chien noir frappe à ma fenêtre – c’est Alain Christen et son chien Nero qui me salue chaleureusement et me propose de me garer un peu plus loin pour libérer les places devant l’entrée de son cabinet, réservées à sa clientèle.

Peu après, je m’installe dans la salle de pause avec Alain Christen et son épouse Marianne, qui travaille également dans le cabinet en qualité d’assistante en médecine vétérinaire, et nous prenons ensemble une tasse de thé ou de café. Ils me livrent quelques impressions sur leur quotidien. À cette heure matinale, le cabinet est encore relativement calme, une opération sur un chien planifiée dans la matinée a été annulée. La première patiente, une chienne, est attendue à huit heures trente pour une séance d’acupuncture. Ce traitement n’est pas effectué par Alain Christen lui-même, mais par le vétérinaire Mathias Burri, spécialisé dans les traitements d’acupuncture pour animaux et propriétaire d’un cabinet vétérinaire à Köniz. Il se déplace tous les jeudis chez Alain Christen pour faire bénéficier la clientèle du cabinet Holivet de ses services en acupuncture. Des fruits pleins les mains, Mathias Burri fait son entrée et les dépose sur la table, en expliquant, avec un sourire sur les lèvres, qu’il fait ici également office de livreur de fruits. Il rejoint ensuite sa salle de traitement et se prépare à recevoir ses premiers patients à quatre pattes.

Lou, la petite chienne aux bouffées de chaleur

Aujourd’hui, cette chienne de onze ans sera traitée pour la première fois à l’acupuncture. Le vétérinaire Mathias Burri se renseigne tout d’abord auprès de la propriétaire de Lou en lui posant diverses questions très précises et prend des notes. Lou souffre de bouffées de chaleur depuis l’automne 2021 et le but du traitement est de déterminer l’origine de ce trouble. Cette méthode est l’unique alternative permettant de déterminer avec précision les zones corporelles du chien où les aiguille d’acupuncture seront placées. La liste des questions est conséquente et concerne aussi bien les périodes de la journée où les bouffées de chaleur apparaissent que l’alimentation du chien, en passant par son pelage, l’aspect de ses excréments, son comportement de sommeil, ses préférences pour les promenades ou les aspects de son caractère. La maîtresse de Lou répond très consciencieusement aux questions et Lou, couchée tranquillement à côté d’elle, écoute patiemment en haletant. Après avoir constitué un tableau global de l’état de Lou, le vétérinaire Mathias Burri l’ausculte à même le sol, la palpe, lui prend le pouls aux jambes arrière et constate qu’il est relativement faible et qu’il n’est donc pas nécessaire de faire sortir un surplus d’énergie. Lou se laisse palper tranquillement et se réjouit à chaque fois que Mathias Burri lui offre une délicieuse récompense. Mathias Burri prépare huit aiguilles et en plante deux dans les pattes arrière, deux sur le dos, deux sur le pied arrière gauche et deux sur le pied avant gauche. En piquant les deux dernières aiguilles, Lou tremble un peu avant de se secouer si vigoureusement que les deux aiguilles se détachent. Mathias Burri recommence la manipulation et plante à nouveau deux nouvelles aiguilles à cet endroit. Au cours du traitement, Mathias Burri parle constamment avec la chienne avec gentillesse et calme. Il explique à la propriétaire du chien le résultat de son diagnostic chinois. Le halètement et les bouffées de chaleur ne sont pas causés par une chaleur intérieure, mais résulte d’une stagnation de l’énergie vitale du chien qui se manifeste justement par ce halètement. Il est par conséquent important de soutenir les reins de Lou, car cet organe est le lieu où se situe l’énergie vitale et il faut y accorder une attention particulière chez cette chienne. Il félicite la propriétaire pour son comportement efficace en termes d’alimentation saine et de promenades régulières et adaptées. Quelques minutes s’écoulent encore et les aiguilles peuvent être retirées. Lou reçoit à nouveau une petite friandise pour la récompenser de sa patience. Le vétérinaire Mathias Burri demande à la cliente de reprendre rendez-vous dans une semaine pour faire le point et de noter le comportement de la chienne d’ici là. Le chien et sa maîtresse s’en vont après avoir organisé un nouveau rendez-vous et Lou secoue joyeusement la queue lorsque sa propriétaire lui murmure qu’elles vont désormais aller nager.

Le chien avec un furoncle sur la lèvre

Il est déjà neuf heures trente et Alain Christen examine maintenant un chien qui présente une sorte d’ulcère sur la lèvre. La propriétaire est inquiète car en consultant internet, elle est arrivée à la conclusion qu’il pourrait s’agir d’une tumeur. Alain Christen la rassure et lui affirme qu’il ne s’agit pas d’un trouble grave, mais que nous sommes ici en présence d’un furoncle infecté. Il prescrit un antibiotique oral au chien, ce médicament agissant de l’intérieur, une pommade au miel de Manuka destinée à une application externe ainsi qu’un traitement anti-inflammatoire.

La propriétaire explique que son chien souffre à nouveau de réactions allergiques et demande s’il serait judicieux de le traiter avec les sels de Schüssler, comme par le passé. Alain Christen répond par l’affirmative et recommande de d’abord traiter l’allergie avec une préparation phytothérapeutique, avant de poursuivre avec les sels de Schüssler.

Le chien est récompensé par un petit morceau de viande de cerf séchée. Il quitte la salle d’examen avec sa propriétaire, accompagnés par Marianne Christen qui les conduit jusqu’à la réception où elle leur remet les médicaments nécessaires et leur explique encore une fois comment bien les appliquer.

Dix heures sonnent, au moment où un autre vétérinaire apparaît dans le cabinet. Il s’agit de Nathalie Leuba, spécialiste en ostéopathie animale. Elle gère son propre cabinet à Serroue dans la commune de Montmollin (canton de Neuchâtel). Elle vient également tous les jeudis, comme Mathias Burri et propose ses traitements en ostéopathie. Nathalie Leuba dépose les croissants qu’elle a apportés, s’assied pour prendre un café et s’entretient avec nous avant de s’installer dans la salle du fond du couloir pour y travailler. C’est une pièce claire avec de grandes fenêtres, dont les murs sont recouverts d’une peinture jaune agréable. Un tableau de forme allongée est accroché. On voit un cercle ou plutôt un soleil au centre, délimité par des couleurs jaune-orange qui se marient très bien avec la couleur jaune du mur. 

L’ostéopathie pour les grands et les petits chiens

Roy, un chien, est le premier patient de la vétérinaire Nathalie Leuba. Relativement grand et de couleur noire, son museau blanchit par le temps qui passe laisse deviner qu’il s’agit d’un chien déjà âgé. Sa propriétaire me le confirme et m’avoue qu’il a 14 ans. Madame Leuba se penche sur le dossier et contrôle la date de la dernière visite et le motif du dernier traitement, avant de demander à la propriétaire comment se porte Roy. La propriétaire de Roy explique alors que celui-ci n’a plus beaucoup de force et que même le fait de se lever devient parfois pénible. La promenade quotidienne d’une demi-heure environ ne lui cause pas de problème et il passe le reste du temps à l’extérieur, dans le jardin. Comme Roy est un chien relativement grand, il n’est pas traité sur la table de consultation, mais dans un grand lit pour chien, posé sur le sol, de forme carrée et en cuir synthétique. Nathalie Leuba s’assied à côté du chien, sur un tabouret en bois – identique à ceux utilisés dans les cours de yoga – et débute la séance en le palpant. La propriétaire du chien est assise sur une petite chaise et tient Roy fermement par le collier. L’ostéopathe traite Roy en procédant à des manipulations très précises. Elle appuie sur l’arrière de sa tête et simultanément sur la patte gauche. Maintenant, elle presse sur un point situé à l’arrière du dos, ensuite du côté droit et continue ainsi jusqu’à l’arrière des oreilles, entre les épaules, sur les pattes avant, le long de la colonne vertébrale, puis exerce une pression un peu plus forte au niveau de la hanche arrière, Roy soupire alors bruyamment. Pour finaliser le traitement, Nathalie Leuba utilise un appareil blanc et le place sur différentes zones du corps de Roy. Il s’agit d’un appareil, qui émet des ondes magnétiques et infrarouges, destinées à activer la circulation. Nathalie Leuba se renseigne sur l’état de fatigue du chien après chaque traitement et sa propriétaire affirme qu’il est vraiment toujours très fatigué. La vétérinaire Leuba recommande alors à la propriétaire de ménager le chien les deux pro-chains jours et elle se penche ensuite vers Roy et lui souffle: «Tu pourras dormir après le traitement et toute la journée si tu en as envie », et lui secoue gentiment la patte gauche avant. Roy lui lèche alors la main avec sa langue. Le traitement est terminé, Roy se lève et se dirige vers la petite bassine d’eau placée dans un coin de la pièce de traitement. Il boit abondamment, une telle séance d’ostéopathie semble vraiment donner soif. Madame Leuba prend encore quelques notes sur son ordinateur portable et fixe un prochain rendez-vous au mois d’août, avant de prendre congé. Après le départ de Roy et de sa maîtresse, Nathalie Leuba désinfecte le lit de traitement et consulte son ordinateur pour se préparer à recevoir le patient suivant.

La prochaine cliente n’est pas encore arrivée, et Nathalie Leuba tente de prendre contact avec elle par téléphone, mais sans succès. A-t-elle oublié le rendez-vous ou l’a-t-elle mal noté dans son agenda? Ces situations peuvent survenir dans le quotidien d’un cabinet vétérinaire, mais sont heureusement assez rares, souligne Nathalie Leuba.

La vétérinaire répond que la petite chienne éprouve uniquement un sentiment de chaleur. À la fin du traitement et après avoir été déposée à nouveau par terre, Zillabella se dirige avec élégance vers la bassine d’eau. Un nouveau rendez-vous est pris pour le mois de septembre et avant de prendre congé, Madame Leuba insiste sur le fait que la petite chienne ne devrait pas monter ou descendre les escaliers les deux prochains jours.

Il est midi et le cabinet ferme durant deux heures. C’est l’occasion de partager le repas de midi avec Alain Christen, qui en profite pour m’expliquer ses motivations, et pourquoi sa manière de travailler a constamment évolué au fil des ans, pour aboutir finalement, en 2016, à l’ouverture de son cabinet vé-térinaire holistique Holivet à Brügg, soutenu par son épouse Marianne. Depuis lors, il ne cesse de poursuivre son objectif, qui est de proposer une médecine vétérinaire holistique et intégrale en vivant et appliquant pleinement et avec engagement cette approche. Vous en découvrirez plus sur ce thème en lisant notre blog «Portrait d’un vétérinaire holistique» qui sera accessible la semaine prochaine sur notre site internet.

Traitement de biorésonance – une ambiance détendue pour l’après-midi

Après la pause de midi, un chien est attendu à quatorze heures pour un traitement de biorésonance. Alain Christen m’informe qu’il souhaite parler avec la propriétaire et ausculter le chien, avant de me faire entrer dans la salle pour suivre la séance de biorésonance, et uniquement si la propriétaire du chien est d’accord. Quelques instants plus tard, j’entre donc dans la pièce et je découvre Marianne Christen occupée à tout organiser pour débuter le traitement du chien. L’appareil de biorésonance est prêt à l’emploi, diverses ampoules sont placées à côté de l’appareil. Le chien à traiter est couché sur le sol, détendu, une patte posée sur la plaque en métal dorée reliée à l’appareil. Le chien porte également une sorte de ceinture blanche autour de lui qui est connectée avec l’appareil. La propriétaire est assise à côté de son chien, adossée au mur et décontractée. Marianne Christen manipule quelques boutons sur l’appareil de biorésonance et débute la première partie du traitement. Elle quitte ensuite la salle dans laquelle ne reste plus que le chien, sa propriétaire et moi-même. L’appareil de couleur grisargenté, muni d’une bobine de cuivre, de diverses touches colorées et d’un display, commence à émettre des sons. On a le sentiment d’entendre une montre qui, régulièrement, fait entendre son tic-tac. En bas à gauche, une touche verte est éclairée et en haut de l’appareil, une petite lampe rouge clignote de gauche à droite et inversement, l’appareil émet un bref signal sonore et recommence à faire son tic-tac régulier. Le chien est toujours couché paisiblement et ferme légèrement les yeux. Sa propriétaire, détendue est adossée au mur, et moi, j’ai l’impression de méditer, tout est calme et se-rein, seul le tic-tac régulier de l’appareil se fait entendre. Après un certain temps, Marianne Christen revient dans la pièce. Elle trempe un cotontige dans le liquide d’une ampoule et le fait passer sur les lèvres du chien. Elle arrache ensuite quelques poils au chien pour les déposer sur la bobine en cuivre de l’appareil. À nouveau, elle fait quelques réglages sur l’appareil de biorésonance et quitte la salle. La deuxième partie du traitement débute. L’appareil se remet en marche, et cette fois-ci, une touche blanche s’allume et s’éteint régulièrement. Après quelques instants, l’appareil émet des signaux sonores et le fameux tic-tac cesse. Marianne Christen réapparaît et règle à nouveau l’appareil. Elle exécute le même processus six fois de suite. Après chaque nouveau réglage, une autre touche colorée s’allume, la seule chose qui perdure est le tic-tac régulier et méditatif de l’appareil. Couché la plupart du temps sur le sol, le chien reste apaisé. Il se lève une seule fois pour aller boire un peu d’eau. Sa propriétaire reste assise en tailleur durant toute la séance, toujours adossée au mur, et grattouille de temps en temps son chien. Tout est si calme, le tic-tac de l’appareil et les gouttes de pluie qui tombent gentiment sur les vitres de la salle de traitement m’apaise et j’aurais presque envie, comme le chien, de fermer les yeux et de me laisser aller à rêver. Lorsque l’appareil émet sont dernier bip, on retire la ceinture blanche du chien qui était connectée à l’appareil. Il reçoit alors une délicieuse friandise en guise de récompense de la part de Marianne Christen et avant de quitter la salle avec sa propriétaire, Alain Christen passe pour dire au revoir.

Vétérinaire agréée

Alors que j’assistais à la séance de biorésonance, la vétérinaire agréée, Florence de Brito est arrivée dans le cabinet. Elle est spécialisée dans les visites d’animaux à domicile. En fonction du diagnostic de l’animal, elle a parfois besoin d’utiliser l’infrastructure d’un cabinet de vétérinaire, notamment pour procéder à des opérations. Elle loue donc le cabinet d’Alain Christen et le remplace quand il est absent. Florence de Brito procède cet après-midi à une intervention chirurgicale. Un chien doit être traité pour un abcès.

Vétérinaire et auteur

Pendant que j’écris mes impressions de la journée, Alain Christen s’occupe d’un autre patient à quatre pattes. Il me rejoins par la suite et en continuant de me raconter son histoire personnelle, il me présente les deux livres qu’il a écrit avec Sandra Rohrbach, kinésiologue et communicatrice animale, notamment «Les animaux indigos» et «La maladie de mon animal a-t-elle un sens ?» Et tout à coup, il est dix-sept heures quarante-cinq et Alain Christen doit se mettre en route, car lui et Sandra Rohrbach don-nent ce soir une conférence sur leur dernier livre. Entre-temps, Marianne Christen a remis le cabinet en état, a passé l’aspirateur et procédé aux derniers rangements - alors que son mari et Sandra Rohrbach partent pour leur conférence. Elle appelle son chien Nero et quitte le cabinet pour se rendre à la maison, à Orvin.


Website Holivet SA

Livres d’Alain Christen et de Sandra Rohrbach:
Les animaux indigo - Sandra ROHRBACH, Alain CHRISTEN 
La maladie de mon animal a-t-elle un sens ? - Alain CHRISTEN, Sandra ROHRBACH 

 
Auteur/e:
Simone Walther Büel
Tags sur l’article:
Communication d'entreprise

Articles similaires

Comment bien emballer ses cadeaux de Noël

Livrer ses cadeaux de Noël personnellement n’est pas toujours possible et il est alors nécessaire d’expédier le paquet par poste. Pour que la marchandise fragile puisse arriver à destination en parfait état, il est nécessaire d’être attentifs à certains aspects lors de l’emballage.

Fermeture durant les Fêtes 2022/2023

Nos bureaux seront fermés du 24.12.2022 jusqu’au 26.12.2022 y compris et du 31.12.2022 jusqu’au 02.01.2023 y compris.

Les commandes à livrer le prochain jour ouvrable devront nous parvenir le 22 et le 29.12.2021 jusqu’à 14 h.

Cueillir l’aubépine pour Ceres

Chaque automne, dans un jardin naturel proche de la ville de Weiterdingen en Allemagne, de longues échelles sont posées contre des arbres aux baies rougeoyantes qui indiquent que c’est le moment de la cueillette de l’aubépine.

La santé réside dans l’intestin

L’intestin est sans doute l’un des organes les plus sous-estimés de notre organisme, alors qu’il représente bien plus qu’un simple outil de digestion.