Allemand Français
Connaissances ebi-actuel 21 ans en route pour ebi-pharm

21 ans en route pour ebi-pharm

Le 30 septembre 2022 a officiellement marqué le dernier jour de travail de Claudia Schneider qui a accompagné ebi-pharm pendant exactement 21 ans en qualité de déléguée médicale. Durant toutes ces années, elle a pu vivre et partager une foule de choses passionnantes et quantité d’événements et d’étapes aux côtés d’ebi-pharm, qui comptait 18 collaboratrices et collaborateurs à son arrivée, en 2001, et qui en compte aujourd’hui plus de 100.

Un rêve devient réalité

ebi-pharm a toujours été considérée par Claudia Schneider comme un employeur idéal et, 10 ans avant son premier jour de travail chez ebi, elle affirmait déjà régulièrement: «si je change d’emploi, j’irai chez ebi-pharm.» Tout se déroule ensuite très rapidement. Par l’intermédiaire d’un ami, elle apprend un vendredi après-midi qu’un poste de délégué médical s’est libéré chez ebi-pharm, mais que le processus de postulation est pratiquement achevé et que le choix concernant le recrutement devrait être annoncé le lundi suivant déjà. Elle décide tout de même de tenter sa chance. Aussitôt dit, aussitôt fait, Claudia Schneider constitue son dossier de candidature et poste les documents le lendemain, samedi. Le lundi matin, aux environs de 8h00, elle reçoit un téléphone de la société qui a publié l’annonce, qui lui annonce que Jürg Binz désire la rencontrer et la convie à un premier entretien. Un rendez-vous est fixé pour le lundi suivant. Au retour de l’interview, son partenaire lui demande: «Et alors? As-tu obtenu le poste?». Claudia Schneider lui répond qu’elle ne le sait pas encore. Son compagnon insiste et demande à nouveau: «Mais alors, pourquoi prépares-tu déjà tous ces classeurs?» Claudia Schneider n’a pas organisé ses nouveaux classeurs en vain, car le lendemain, c’est-à-dire le mardi, elle reçoit la réponse positive de Jürg Binz. Claudia affirme aujoud’hui: «Lorsque l’on rêve suffisamment longtemps de quelque chose, cela devient réalité» et poursuit encore avec une citation de Lao tseu : « Surveille tes rêves, car ils pourraient se réaliser».

Un bouquet de fleurs comme signe de bienvenue

Le 1er octobre 2001, Claudia Schneider débute dans l’entreprise et elle est attendue personnellement par Erika et Jürg Binz avec un bouquet de fleurs. Le programme de formation des nouvelles recrues était alors un peu plus restreint qu’aujourd’hui. Cette période s’étalait sur environ deux semaines et se déroulait dans le seul et alors unique bâtiment de l’entreprise, à Kirchlindach. La taille de l’entreprise était encore relativement modeste, commente encore Claudia. ebi-pharm était composée de 18 collaboratrices et collaborateurs, dont quatre membres de la famille. L’entrepôt atteignait déjà ses limites à l’époque, selon Claudia et cela a conduit, peu de temps après, à la construction d’un second bâtiment, doté d’une capacité de stockage supplémentaire. À la suite du programme d’accueil et de formation, à Kirchlindach, Claudia Schneider a suivi différents cycles de séminaires afin d’approfondir les différents thèmes propres à ebi-pharm et d’étendre ses connaissances sur les produits. Les réunions du service externe étaient organisées à une cadence de deux fois par année, plus celle de Noël, et elles se tenaient sur toute une journée. Au fil du temps, des modifications ont également été apportées à ce niveau et aujourd’hui les meetings du service externe s’étendent sur deux jours et sont programmés quatre fois par année.

Transmettre son savoir et placer la clientèle au centre de ses préoccupations

Au cours des premières années de travail chez ebi-pharm, les personnes engagées au service externe étaient elles-mêmes chargées d’établir les fiches d’information destinées à leur clientèle. Un travail exigeant et qui nécessitait passablement de temps, mais aussi instructif et passionnant. Claudia explique qu’elle tentait toujours, pour chaque thème, comme par exemple pour le thème du rhume des foins, d’intégrer une préparation appropriée de toutes les gammes sur les fiches de la clientèle. Les naturopathes et les praticiennes et praticiens de santé constituaient, à l’époque, les principaux segments de la clientèle. Au quotidien, Claudia Schneider s’est toujours orientée en fonction des besoins de ses clientes et clients, et elle a toujours placé la transmission de son savoir au centre de ses préoccupations.

Beaucoup de choses ont évolué au cours des 21 années passées au service externe d’ebi-pharm. Les exigences légales n’ont cessé d’augmenter. Il est aujourd’hui nécessaire d’établir une importante documentation. Claudia Schneider estime qu’une fonction rattachée au service externe exige de consacrer près de 40 % de son temps de travail à la gestion de l’administratif, ce qui est dommage, car il ne reste que peu de temps pour le véritable travail de terrain d’une déléguée médicale, c’est-à-dire les visites à sa clientèle. Claudia Schneider perçoit ce développement d’un œil critique, non seulement du point de vue du service externe, mais aussi pour tout ce qui concerne le monde professionnel en général. Tout va toujours plus vite, les «to do lists» ne cessent de s’allonger et aucune entreprise ne peut s’en passer. Cela ne correspond vraiment plus au bien-être du personnel, estime Claudia et elle espère sincèrement que cela puisse encore changer. Claudia Schneider est extrêmement reconnaissante envers ebi-pharm d’avoir pu poursuivre son travail jusqu’à sa retraite, d’une manière authentique à ses yeux, c’est-à-dire sans voyager avec son ordinateur. Elle préfère informer ses clientes et ses clients au sujet des nouveautés ou des produits directement, en les regardant dans les yeux. «Il y a déjà bien assez d’écrans partout dans le monde», affirme-t-elle, en ajoutant encore avec un clin d’œil: «Peut-être que cette aversion est également liée à mon âge». L’ordinateur est en effet apparu relativement tard dans sa vie professionnelle.

Dernière réunion du service externe et dernier jour de travail

Le dernier meeting du service externe auquel elle a participé et son dernier jour de travail ont été très émouvants. «Tous mes collègues du service externe m’ont dit au revoir au cours de la dernière réunion, de manière incroyablement touchante et cordiale et il n’y a pas de mots pour décrire ce moment», raconte encore Claudia. Ses collègues lui ont préparé un petit spectacle criblé d’anecdotes recueillies tout au long de sa carrière professionnelle, et Sandra Zürcher, qui occupe également un poste de déléguée médicale, lui a même confectionné un ordinateur en biscuit, en souhaitant qu’elle puisse enfin se réconcilier avec cet engin en mordant dedans à pleines dents.

Le dernier jour a encore été un moment unique. Claudia Schneider était sur la route en Suisse orientale et elle s’est offert un menu à 3 plats accompagné d’un verre de vin rouge au restaurant Gupf à Rehetobel. Et bien que ce restaurant affiche généralement toujours complet, une place en terrasse et au soleil l’attendait ce jour-là.

Projets d’avenir

En interrogeant Claudia Schneider, nouvellement retraitée, si elle regrette déjà certaines choses de sa vie professionnelle de déléguée médicale, elle répond d’emblée: «Pour l’instant, absolument rien! ». Et elle ajoute qu’il faudrait peut-être à nouveau lui poser la question dans une année. Actuellement, elle apprécie tout simplement de vivre au jour le jour, sans programme défini, et d’aller nager avec des amies par exemple. Elle a encore quelques projets qui lui tiennent à cœur, dont notamment un voyage en Irlande pour rafraîchir ses connaissances en anglais ainsi qu’un voyage de quelques mois en camping-car dans le nord de l’Europe. Elle pourrait aussi très bien s’imaginer travailler comme bénévole pour différents projets. Une de ses connaissances travaille par exemple dans le cadre d’événements musicaux. Lorsqu’elle participe à ces représentations, elle est en charge du contrôle des billets d’entrée et en contrepartie, elle est nourrie et logée. Une occupation qui pourrait lui convenir, affirme Claudia Schneider.

Le noyau d’ebi-pharm subsiste

Pour son avenir, Claudia Schneider souhaite tout le meilleur à ebi-pharm qui a représenté son engagement professionnel au cours des 21 dernières années. Elle souligne également qu’ebi-pharm entreprend beaucoup de développements et de nouvelles démarches, toujours avec la bonne vision et que malgré les nombreux changements qui ont eu lieu au cours de ces dernières années, ebi-pharm a toujours su œuvrer pour préserver ses valeurs.

Auteur/e:
Simone Walther Büel
Tags sur l’article:
Communication d'entreprise

Articles similaires

Quelles sont les ambitions d’ebi-pharm pour le printemps 2024?

Quatre fois par année, nous nous entretenons avec notre directeur Stefan Binz pour découvrir les thèmes actuels chez ebi-pharm. Dans cet article, Stefan Binz nous transmet les résultats de l’enquête de satisfaction client ...

Résilience et résistance

Depuis quelques années, les termes résilience et résistance sont régulièrement utilisés dans la terminologie liée à la gestion du stress ou face à des étapes de vie difficiles.

Visite de la fondation TRANSfair à Thun

L’entreprise Aromalife et la fondation TRANSfair de Thun collaborent étroitement depuis plus de 20 ans. C’est l’occasion de vous présenter TRANSfair d’un peu plus près.

Portrait de plantes – à la rencontre du sureau (Sambucus nigra)

Dans notre série consacrée aux portraits des plantes, nous avons choisi de vous présenter différentes plantes médicinales. Aujourd’hui, nous partons à la rencontre du sureau noir (Sambucus nigra).