Allemand Français
Connaissances ebi-actuel Cueillir l’aubépine pour Ceres

Cueillir l’aubépine pour Ceres

Chaque automne, dans un jardin naturel proche de la ville de Weiterdingen en Allemagne, de longues échelles sont posées contre des arbres aux baies rougeoyantes qui indiquent que c’est le moment de la cueillette de l’aubépine. L’entreprise Ceres récolte ainsi chaque année près de 1,3 tonne d’aubépine pour fabriquer ses teintures mères.

Mann auf Leiter sammelt Weissdorn

Par une belle journée d’automne, à la mi-septembre, je me rends en train puis en bus à Weiterdingen, en Allemagne. C’est à la station de bus que Raphael Stucki, cueilleur de plantes sauvages chez Ceres, me retrouve à neuf heures trente, avec sa camionnette. Divers outils s’entassent sur le siège arrière du petit bus comme par exemple quelques cageots en plastique vert, des cordes, une machine de pesage, des baudriers et autres fournitures. Raphael s’engage sur la route qui monte au village et nous nous retrouvons très rapidement sur un chemin agricole. De douces collines s’élèvent autour de nous et Raphael m’explique que cet endroit a été à une époque une région volcanique. Quelques instants plus tard, nous nous trouvons sur le terrain privé d’un comte, qui autorise l’entreprise Ceres à récolter l’aubépine depuis de nombreuses années sur ses terres. Sur le bord du chemin forestier, Raphael gare la camionnette et nous nous dirigeons à pied sur le lieu de la cueillette.

Une prairie de fleurs sauvages sortie tout droit d’un conte de fée

 

Tout en haut de l’échelle

Des échelles sont appuyées près d’un groupe de deux grands arbres d’aubépine et perchés dessus se trouvent Didier, Anja, Alfred et Silvia, qui travaillent régulièrement, sur appel, pour Ceres en qualité de cueilleurs et cueilleuses de plantes. Raphael Stucki, expert en plantes sauvages et collaborateur à part entière de la société Ceres, les encadre et les guide.

Les quatre collaborateurs saisonniers et Raphael sont au travail depuis huit heures ce matin et le cageot en plastique vert, déposé à l’ombre d’un pommier, est déjà rempli à un quart des petites baies d’aubépine à la couleur rouge-vif. Nous déposons les outils que nous avons transportés sous ce même pommier et Raphael demande à chacun comment il se sent et quand il propose de bientôt faire une pause, tout le groupe adhère d’emblée. Nous nous asseyons tous ensemble sur l’herbe pour boire du thé ou du café bien chaud et apprécier la pause du matin. 

 

L’aubépine – entre force accumulée et décharge impulsive

Échelles en métal, baudriers et corbeilles d’osier – les outils du cueilleur

Chacun remonte ensuite sur son perchoir. Il s’agit d’échelles en métal, fixées au sol par une sorte de tige et attachées à l’arbre par une corde. Quelques échelles sont également munies d’une petite planche que l’on peut fixer sur les échelons et qui permet de se tenir un peu plus confortablement et de travailler de manière plus agréable. Il est très important de disposer d’échelles stables, bien ancrées, car les personnes qui cueillent les baies portent des baudriers, fixés à l’échelle par un mousqueton, pour assurer une sécurité maximale. Cet équipement permet des mouvements plus détendus, car le fait d’être maintenu par le baudrier permet de se pencher un arrière plus facilement et d’avoir les deux mains libres pour cueillir les jolies baies rouges. Les fruits sont rouges, de forme ovale et ronde et d’un diamètre de quatre à huit millimètres. Ils pendent en lourdes grappes sur les branches. Ils sont récoltés délicatement pour éviter de se blesser par les nombreuses épines. Les baies sont cueillies et déposées dans les corbeilles en osier qui sont fixées sur le côté gauche ou droit du baudrier des cueilleurs et cueilleuses. Raphael, quant à lui, est toujours muni de deux corbeilles. Au moment où les paniers sont pleins, il faut descendre de l’échelle et vider la récolte dans le cageot qui est disposé sous le pommier. À la mi-journée, le cageot en plastique vert est pratiquement plein et pèse déjà un certain poids. Raphael le dépose près de la camionnette et lorsqu’il revient, Anja lui demande de l’aide pour déplacer son échelle, car elle a déjà terminé la cueillette sur ce côté de l’arbre. Raphael décale l’échelle un peu plus à droite, vérifie très attentivement qu’elle soit bien ancrée dans le sol, la fixe avec une corde à l’arbre et s’assure encore une fois que l’échelle est véritablement stable. Anja grimpe alors à nouveau sur l’échelle pour poursuivre la récolte.

Traitement de la récolte

Autour de 13h00, tout le monde quitte son échelle et vide son panier dans les cageots nouvellement mis à disposition. C’est maintenant l’heure de la pause repas bien méritée. Alfred demande à Raphael si les tiges, qui restent parfois accrochées aux baies, doivent être retirées pour les prochaines opérations de traitement. Raphael lui répond que cela dépend de la quantité. Il ajoute encore que l’aubépine est l’une des plantes les plus simples à manier, car il n’est pas nécessaire de couper ni d’arracher quoi que ce soit, ni de les laver au préalable. La seule opération à effectuer est de retirer les feuilles ou les tiges qui se sont encore glissées dans la récolte de baies avant de déposer le tout dans le broyeur à mortier de Ceres. Du moment de la cueillette jusqu'au traitement final, l'aubépine dispose également d'un peu plus de temps que d'autres plantes. Elle ne doit pas être traitée dans les 24 heures, mais peut attendre jusqu’à deux jours, pour autant que l’on prenne soin de stocker la récolte au frais. C’est la raison pour laquelle les cinq cueilleurs et cueilleuses peuvent s’atteler à la récolte pendant deux jours d’affilée, dormir sur place et qu’ils ne sont ainsi pas contraints de rentrer à Kesswil, chez Ceres, pour livrer le produit de la cueillette chaque jour.

Se rapprocher du ciel

En se tenant ainsi debout sur une échelle, on a réellement l’impression de se rapprocher du ciel, au sens propre comme au figuré. La relation avec la plante est bien palpable, car on se trouve pour ainsi dire dans son intimité, dans son centre, et on la perçoit de manière beaucoup plus intense et différente que lorsque l’on est sur le sol. En scrutant l’horizon depuis le haut de mon échelle, j’aperçois une partie du lac de Constance et, au loin, le Säntis. Tout semble irréel et féérique. En peu de temps, je me sens tout à fait détendue, et même déconnectée de tout. C’est au moment où Raphael nous propose de descendre pour faire une petite pause, que je constate à quel point le temps s’est vite écoulé. Après la pause des quatre heures, tout le monde rassemble ses forces pour continuer la cueillette. Le soir, nous avons récolté presque 60 kg de baies d’aubépine. Cela semble être beaucoup et il faudra pourtant s’atteler à la récolte encore quelques jours, pour obtenir les quelque 1,3 tonne de baies dont Ceres a annuellement besoin pour fabriquer ses teintures mères.  

Désirez-vous en savoir plus sur l’entreprise Ceres, sa philosophie et la manière dont elle traite les plantes médicinales? Découvrez ici d’autres informations: https://fr.ceresheilmittel.ch/home/

Auteur/e:
Simone Walther Büel
Tags sur l’article:
Communication d'entreprise

Articles similaires

Nouvelle boutique en ligne pour les supports marketing

Planifiez-vous une décoration pour vos vitrines ou souhaitez-vous mettre en valeur certains de nos produits? Quels sont les supports marketing à votre disposition pour valoriser cette démarche?

L'homéopathie

La médecine complémentaire s’articule autour de diverses méthodes de traitement. Dans cette nouvelle série de blogs, nous avons choisi de vous présenter chacune d’entre elle de manière plus détaillée. Pour aborder la thématique, nous allons débuter par l’homéopathie.

Quelles sont les ambitions d’ebi pour l’hiver 2022/2023?

Nous nous échangeons quatre fois par année avec notre directeur, Stefan Binz, pour découvrir les thèmes ebi-pharm du moment. Stefan Binz pose un regard à la fois songeur et joyeux sur l'année qui s'achève.

Rétrospective: 50e anniversaire

Antistress AG, productrice des vitamines Burgerstein, a fêté son 50e anniversaire le 29 septembre dernier. Cet événement a été l’occasion d’organiser différentes manifestations tout au long de l’année 2022...