Allemand Français
Connaissances ebi-actuel Des aliments qui réchauffent

Des aliments qui réchauffent ou comment «donner de la chaleur» au corps de l’intérieur

Rien de tel que des aliments qui réchauffent lorsque nous commençons à porter des vestes chaudes, des écharpes et des gants en extérieur et qu’à l’intérieur, nos doigts se refroidissent lorsque nous restons assis à notre bureau. Généralement, on adopte instinctivement une alimentation différente lors de la période plus froide de l’année. Les légumes cuits et les soupes se substituent aux salades d'été et le matin, un porridge bien chaud remplace le muesli.

kuerbissuppe mit haenden

En digérant la nourriture, notre corps produit de la chaleur. En effet, les calories ne sont rien d'autre que de l'énergie qui est "brûlée" dans les cellules pour maintenir l'ensemble de notre système en fonctionnement. Les processus de digestion libèrent déjà une partie de l’énergie – un phénomène qui est décrit dans le jargon technique par le terme de thermogenèse. L'intensité de cet effet varie en fonction de ce que l'on mange. Les protéines, par exemple, possèdent un effet thermique élevé, qu’elles proviennent de la viande, du poisson, du tofu ou des lentilles. Il est ainsi facile de comprendre pourquoi une savoureuse et délicieuse soupe aux lentilles réchauffe le corps et l’âme en hiver.

Quand l’hypotension est responsable du frissonnement

Les personnes qui ont tendance à avoir une tension artérielle basse ont plus fréquemment les mains et les pieds froids. Si l’hypotension est à l’origine de cette sensation de froid, il peut s’avérer utile de consommer du café, du thé noir ou vert ainsi que du chocolat. Ils renferment de la caféine ou des substances semblables à la caféine qui donnent un véritable coup de fouet à la tension artérielle et aident ainsi à se réchauffer. La réglisse, que l’on retrouve dans de nombreux mélanges de tisane, est également bénéfique lors d’hypotension.

En buvant un verre de prosecco ou un verre de vin chaud, on retrouve les mêmes effets – tous les deux stimulent la circulation et réchauffent de l’intérieur. Mais prudence, car ce qui peut sembler chaud au départ, peut conduire à une hypothermie. L’alcool contribuant à dilater les vaisseaux sanguins, la peau est mieux irriguée – ce qui signifie à nouveau que le corps transmet plus de chaleur dans l’air et que face à des températures plus froides, il se refroidit alors plus vite que sans ingestion d’alcool. Alors si vous avez envie de vin chaud, mieux vaut l’apprécier à la fin de votre longue et agréable visite du marché de Noël et ensuite, rentrez dans votre chaumière le plus vite possible.

Les aliments de nature chaude dans la médecine traditionnelle chinoise (MTC)

La médecine traditionnelle chinoise accorde une importance particulière aux aliments de nature chaude, froide ou neutre ainsi qu’à la théorie des cinq éléments qui en découle. Cet enseignement se base sur le principe que chez une personne en bonne santé, les énergies vitales que sont le Yin et le Yang sont en parfait équilibre. Le Yin correspond à tout ce qui est froid et passif, et le Yang représente le côté chaud et actif. Ces énergies devraient également être en harmonie au point de vue alimentaire. Un déséquilibre au niveau du corps peut, par exemple, selon cette théorie, être contrebalancé par la prise de «bons» aliments. Avoir froid correspond à un surplus de Yin et cette sensation peut être contrôlée par la prise d’aliments de nature chaude. Parmi les aliments dit chauds, la MTC propose ceux-ci:

  • Avoine, épeautre et millet, principalement sous forme de bouillies chaudes
  • Oignons, ail, poireaux
  • Fenouil
  • Courge
  • Viande rouge de porc, de bœuf, d'agneau ou de gibier
  • Poissons gras, comme le saumon ou la truite
  • Prunes, abricots (séchés ou non)
  • Gingembre, poivre, piment, cannelle, cardamome
  • Romarin, thym
  • Grenade
  • Noix (arbre)

Les aliments de nature froide sont par exemple:

  • Tomates et concombres crus
  • Salade verte
  • Lait et yaourt
  • Agrumes
  • Banane
  • Kiwi
  • Ananas

Par ailleurs, certains aliments sont classés différemment par divers spécialistes de la MTC. Ainsi, les racines et les tubercules comestibles, tels que les carottes et les racines rouges, apparaissent parfois sur la liste des légumes de nature chaude ou de nature neutre. Pour les personnes intéressées de plus près à la MTC ainsi qu’à la théorie des cinq éléments, il pourrait être utile de se faire conseiller par un ou une spécialiste, qui saura adapter avec précision le choix des aliments à la relation yin-yang de chacun et chacune.

L’ayurvéda, philosophie indienne en lien avec la connaissance de la vie et de la santé, se base sur le principe que chaque personne dispose d’énergies différentes et que leur équilibre doit être préservé. On distingue aussi, dans l’ayurvéda, les aliments qui réchauffent de ceux qui refroidissent. Parfois ils rejoignent la classification de la MTC, et parfois ils sont aussi répartis autrement.

Le régional est un atout

Les différentes écoles de MTC et d'ayurveda divergent peut-être sur les détails de la classification des aliments de nature chaude ou froide, mais elles s'accordent toutes sur un point: il faut toujours donner la priorité aux aliments de saison et régionaux, car cette nourriture est parfaitement adaptée aux «personnes locales». Retrouvons alors les plaisirs locaux, même au cours de la période froide de l’année, et apprécions à nouveau la soupe à la courge, le chou rouge, les choux de Bruxelles, la choucroute et les röstis ou pourquoi pas encore les succulentes pommes de terre sautées. Toutes les racines, les tubercules et les différents choux sont justement là pour nous permettre de passer l'hiver pleinement rassasiés, satisfaits et réchauffés.

Le bon mode de préparation fait la différence

Le mode de préparation joue également un rôle pour qu’un aliment nous réchauffe ou nous rafraîchisse. Tant dans la médecine traditionnelle chinoise que dans l’ayurvéda, les aliments devraient toujours être cuits, et consommés bouillants ou chauds, pour apporter un effet réchauffant. La plupart d’entre-nous applique ce principe de manière instinctive durant l’hiver, et les salades sont remplacées par des soupes ou des légumes cuits, et le muesli ou les tartines par un porridge bien chaud, agrémenté de cannelle, pour le petit-déjeuner.

De nombreuses recettes de cuisine hivernales proposent des méthodes de cuisson lentes, en mijotant ou cuisant au four très lentement les aliments, et pas seulement dans le simple but de vouloir chauffer agréablement sa cuisine. Non! Dans les deux cas, les saveurs des épices se développent mieux au cours d’une longue et agréable cuisson et le parfum qui se répand donne une atmosphère très chaleureuse. Ce type de préparation convient très bien pour cuisiner les racines, les tubercules et les choux qui, par ailleurs, dominent l’offre en hiver dans nos contrées. Et si l’envie de déguster une salade vous prenait en hiver, alors que vous avez tendance à avoir toujours froid, vous pouvez y remédier en l’enrichissant avec des aliments de nature chaude tels que les noix ou les graines de grenade.

Une soupe agréablement chaude pour lutter contre le froid

Peut-être avez-vous maintenant envie de préparer une soupe qui réchauffe? Nous vous proposons très volontiers la recette «Soupe de racines de persil à la poire», tirée du livre de recettes allemand «Zufällig vegan» de Marta Dymek (Zufällig vegan - 100 Rezepte für die regionale Gemüseküche (smarticular.net).


Recette «Soupe de racines de persil à la poire»

  • 500g racines de persil peler et couper en tranches assez épaisses
  • Un peu d’huile d’olive chauffer dans une poêle et faire revenir cinq à huit minutes les racines de persil à basse température
  • 1 poire sucrée peler, enlever les graines et couper en quatre. Ajouter la poire avec les racines de persil et laisser mijoter 10 minutes, jusqu’à obtenir une consistance très moelleuse
  • 250 ml bouillon de légumes verser sur le tout et laisser cuire encore 15 à 20 minutes jusqu’à ce que les racines de persil soient devenues bien tendres
  • 250 ml lait végétal*
  • 1 c.t. de thym frais ou sec Ajouter le lait végétal et le thym au mélange de racines de persil et à la poire, devenus tout deux bien moelleux, et réduire en purée avec le mixer
  • 1 pincée de noix de muscade râpée
  • Sel et poivre noir fraichement moulu Ajouter à la soupe pour l’assaisonner
  • Pour servir
  • 4 c.s de flocons d’amande grillés
  • Huile d’olive extra-vierge Servir la soupe dans des bols, ajouter quelques gouttes d’huile d’olive et parsemer de quelques flocons d’amandes grillés

*On utilise idéalement un lait végétal à l’arôme de noix tel que le lait d’amande, de noisette ou de sarrasin, par exemple. Le lait de soja n’est pas recommandé pour cette soupe.

Auteur/e:
Simone Walther Büel
Tags sur l’article:
Blog Communication d'entreprise

Articles similaires

Heures d'ouverture à l’ascension 2024

Notre entreprise sera fermée le mercredi 08.05.2024 dès 17 h y compris le jeudi 09.05.2024 due à la fête de l’ascension.

Plantes sauvages comestibles

Inutile de recourir à des superaliments exotiques et coûteux pour se nourrir de manière variée et riche en nutriments: les plantes sauvages comestibles sont à portée de main.

Quelles sont les ambitions d’ebi-pharm pour le printemps 2024?

Quatre fois par année, nous nous entretenons avec notre directeur Stefan Binz pour découvrir les thèmes actuels chez ebi-pharm. Dans cet article, Stefan Binz nous transmet les résultats de l’enquête de satisfaction client ...

Résilience et résistance

Depuis quelques années, les termes résilience et résistance sont régulièrement utilisés dans la terminologie liée à la gestion du stress ou face à des étapes de vie difficiles.