Allemand Français
Connaissances ebi-actuel Le portrait d’un cueilleur de plantes sauvages

Le portrait d’un cueilleur de plantes sauvages

Raphael Stucki exerce un métier particulier: il fait partie des rares cueilleurs de plantes sauvages professionnels de Suisse. Depuis 2009, il occupe cette fonction pour l’entreprise Ceres à Kesswil

Depuis sa plus tendre enfance, Raphael Stucki aime passer du temps dans la nature. Il s’intéresse aux plantes comestibles et apprécie les activités organisées dans le cadre des scouts. Il devient dès lors évident pour lui que son activité professionnelle devra avoir un lien avec la nature. Raphael Stucki apprend en premier lieu le métier de laborantin en chimie avant de poursuivre ses études et d’obtenir un diplôme d’ingénieur en environnement. Ce parcours l’a finalement prédestiné à devenir cueilleur de plantes sauvages chez Ceres. Raphael Stucki et Christoph Kalbermatten, co-directeur de l’entreprise Ceres, se connaissent et c’est au cours d’une randonnée, en 2009, que Christoph Kalbermatten demande à Raphael Stucki s’il pourrait être intéressé à venir travailler chez Ceres en qualité de cueilleur. Raphael Stucki est ouvert à cette idée et suggère à Christoph de le recontacter le moment voulu. À peine deux mois après cet échange, tout se formalise et Christoph l’engage définitivement.

Raphael Stucki

Une activité variée et diversifiée

Le métier de cueilleur de plantes sauvages est varié et offre différentes facettes. La saison de cueillette débute au mois de mars, avec la récolte de l’ail des ours, et s’achève en novembre, avec la collecte du gui. Une courte pause hivernale, sans cueillette, est alors observée pour planifier les récoltes à venir. En saison, Raphael Stucki cueille en permanence les plantes sauvages, et cette tâche ne constitue qu’une partie de son activité, car il est également en charge du recrutement et de la formation des personnes qui l’aident dans les cueillettes ainsi que de l’organisation et de la coordination de leur travail. Il est ensuite toujours à la recherche de nouveaux sites de cueillette adéquats, une occupation qui demande du temps pour développer et mettre en place les contacts avec les propriétaires de terrains et tout organiser pour conserver le plus longtemps possible les magnifiques prairies extensives, utilisées pour la cueillette des plantes médicinales de Ceres. Certaines zones de cueillette doivent parfois être abandonnées, par exemple au moment où un agriculteur pratique des cultures conventionnelles autour ou à côté de cet espace, ou alors lorsqu’un mât électrique est installé trop près du champ ou qu’il le traverse. Raphael Stucki est alors contraint de chercher des nouveaux sites de cueillette plus appropriés.

Les plantes et l’effet miroir

Raphael Stucki aime son métier et l’opportunité de pouvoir passer du temps avec ces plantes, qu’il affectionne tellement. À ses yeux, elles possèdent un effet miroir passionnant, qui le renvoie à sa propre réalité. Lorsqu’il entre en contact avec les plantes, il est sans cesse nourri et imprégné de pensées profondes et philosophiques, qui l’invitent à découvrir une foule de choses sur lui-même. Raphael Stucki apprécie de se laisser émerveiller par les plantes, de passer du temps avec elles et de se détendre dans la nature. Il est conscient que le travail de cueilleur est un acte répétitif, mais, pour ce qui le concerne, cette activité l’apaise et il entre, petit à petit, dans un état second où ses mains agissent alors avec une insolente facilité. Évidemment, on ne peut pas comparer ce genre d’activité à un travail de bureau, et pourtant, même un cueilleur de plantes doit parfois faire une pause et gérer l’administratif. 

Transmettre son admiration

C’est au cours de randonnées autour des plantes médicinales ou lors de séminaires organisés par Ceres que Raphael Stucki peut également transmettre à d’autres personnes son admiration pour la nature et les plantes. Jusqu’à présent, ces activités étaient principalement réservées aux personnes issues du domaine professionnel et devraient, à l’avenir, être également accessibles à un public plus large. Lors des balades qu’il organise, il veille tout particulièrement à attirer l’attention de son public sur l’importance du respect et de la délicatesse portés à la cueillette des plantes. Il est non seulement primordial de veiller à récolter des quantités raisonnables de plantes et d’autant plus important de s’assurer que des exemplaires intacts subsistent bien dans la zone, afin que la nature puisse se régénérer par elle-même. Cette philosophie fondamentale constitue l’un des principaux piliers de l’entreprise Ceres et Raphael Stucki en est très fier. Il ajoute encore qu’il s’agit d’un aspect de la cueillette qui le ferait renoncer à travailler pour d’autres entreprises, probablement moins ou pas du tout ancrées dans cette démarche respectueuse envers la nature.

Une petite goutte suffit pour visualiser la plante

Lorsque Raphael Stucki utilise les gouttes Ceres, il sait exactement de quelle plante il s’agit et il est également capable de visualiser le site de la cueillette, le paysage, l’ambiance qui régnait lors de la récolte et le tout s’unit même pour former un univers poétique, m’avoue Raphael Stucki. Il est, par ailleurs, convaincu que la prise des gouttes permet de ressentir quelque chose en lien avec cette intégralité et qu’elle peut être transmise à tous, même aux personnes qui n’était pas présentes lors de la cueillette.

Cueillir fait partie de notre ADN

En questionnant Raphael Stucki sur son métier, et curieuse de découvrir s’il choisirait à nouveau le métier de cueilleur de plantes s’il devait refaire ce choix, il répond ceci : «Je pense que oui, car l’instinct de la cueillette fait réellement partie de notre ADN.»


Vous souhaitez en savoir plus sur l’entreprise Ceres

Ceres Heilmittel

Séminaires passionnants proposés par l’entreprise Ceres

offre en séminaires | Ceres Heilmittel


Auteur/e:
Simone Walther Büel
Tags sur l’article:
Blog Ceres Communication d'entreprise

Articles similaires

Pourquoi y a-t-il de plus en plus d’allergies?

Selon le Centre d’Allergie Suisse (aha!), plus d’un quart de la population suisse souffre d’allergies. L'allergie est une réaction excessive du corps en présence d'une substance inoffensive, qu'il considère pourtant comme dangereuse.

Nouvelle boutique en ligne pour les supports marketing

Planifiez-vous une décoration pour vos vitrines ou souhaitez-vous mettre en valeur certains de nos produits? Quels sont les supports marketing à votre disposition pour valoriser cette démarche?

L'homéopathie

La médecine complémentaire s’articule autour de diverses méthodes de traitement. Dans cette nouvelle série de blogs, nous avons choisi de vous présenter chacune d’entre elle de manière plus détaillée. Pour aborder la thématique, nous allons débuter par l’homéopathie.

Quelles sont les ambitions d’ebi pour l’hiver 2022/2023?

Nous nous échangeons quatre fois par année avec notre directeur, Stefan Binz, pour découvrir les thèmes ebi-pharm du moment. Stefan Binz pose un regard à la fois songeur et joyeux sur l'année qui s'achève.