MÉDECINE COMPLÉMENTAIRE GLOBALE ET INDIVIDUELLE

ebi-pharm.ch  >  Partenaires  >  Sanum  >  Isopathie et homéopathie

Isopathie et homéopathie

Le professeur Günther Enderlein (1872-1968), microbiologue, zoologue et chercheur allemand, a pu démontrer par ses études que les micro-organismes peuvent se développer dans le corps humain de façon ascendante, pour passer de stades primaires physiologiques apathogènes au stade d'agents pathogènes. Il utilisa dans ses recherches du sang frais qu'il a observé au microscope à fond noir. Il a constaté que seul le milieu du patient est responsable de la constitution de maladies virales, dégénératives ou bactériennes. A partir de modifications de ce milieu dans le sens des conditions physiologiques, la plupart des maladies infectieuses et bactériennes peuvent se développer. Le milieu est défini par le bilan acido-basique, la teneur en protéines de l'organisme, en particulier celles d'origine animale, non dégradables, se trouvant dans les cellules, ainsi que de la teneur en oligo-éléments.

L'acidité de l'organisme (hyperacidité tissulaire) est le résultat d'une alimentation mal équilibrée depuis longtemps, généralement surchargée en protéines, et d'un appauvrissement accru en oligo-éléments et minéraux alcalinisants (chrome, manganèse, sélénium, magnésium, calcium).

Grâce à un régime adéquat et à la supplémentation en oligo-éléments, complétés par l'apport d'équivalents basiques et de remèdes isopathiques efficaces, ce milieu interne peut être amélioré au point d'influer sur les maladies chroniques et de les faire régresser.

La science de l'isopathie et l'emploi de remèdes isopathiques, fabriqués à partir de champignons, nous fournit un instrument d'utilisation simple et très efficace pour traiter les maladies aiguës et chroniques. C'est au professeur Enderlein que revient le grand mérite d'avoir mis en évidence la systématique des structures (endobiontes) qui colonisent l'être humain et vivent en symbiose avec leur hôte. Ces micro-organismes, à l'état de valence inférieure et physiologique, sont d'une importance vitale pour garantir de nombreuses fonctions métaboliques, en particulier les échanges de substances intra et extracellulaires, ainsi que la coagulation sanguine. Si ces structures passent à une valence supérieure, à la suite d'une modification non physiologique du milieu, elles peuvent alors causer des maladies bactériennes ou, en cas de blocage des processus de régulation, des maladies virales. On a démontré que de tels cycles évolutifs, aboutissant à la formation de structures pathologiques et de germes, se déroulent toujours suivant le même schéma. Le professeur Enderlein a pu mettre en évidence les trois grands stades évolutifs qui aboutissent aux phases culminantes du champignon Mucor racemosus d'une part, à l'Aspergillus niger d'autre part ou au Penicillium notatum.

Dans chacune de ces chaînes évolutives (cyclogénies), se trouvent des bactéries spécifiques et donc des maladies bien définies qui leur correspondent. C'est ainsi qu'au stade préliminaire de Mucor racemosus, des maladies typiques de l'endothélium, de l'endoderme et du système circulant se développent. Les maladies du cycle d'Aspergillus niger concernent surtout les organes de soutien, de l'ectoderme et provoquent donc des maladies de type tuberculinique, des maladies dégénératives et des maladies des organes du tissu conjonctif. Quant au Penicillium notatum, il est l'agent, aux stades préliminaires, des infections aiguës putrides par staphylocoques et streptocoques et les patients sont alors sujets aux infections bactériennes aiguës et aux troubles vésicorénaux.

La découverte intéressante du professeur Enderlein fut de pouvoir traiter avec succès les maladies d'une cyclogénie en faisant appel aux stades primaires physiologiques (valences inférieures) des cycles correspondants. Les remèdes isopathiques, obtenus par ultrafiltration, contiennent des structures physiologiques très énergétiques des cycles de Mucor racemosus, Candida ou Penicillium notatum.