MÉDECINE COMPLÉMENTAIRE GLOBALE ET INDIVIDUELLE

Notre culture d’entreprise positive représente une valeur essentielle en cette période sensible

 

Stefan Binz, pour débuter cet interview, la question inévitable en cette fin d’année : comment as-tu vécu cette année 2020 très inhabituelle?

Il n’est pas aisé de répondre à cette question en quelques mots. Je peux dire que j’ai vécu cette période de manière très paradoxale. Je suis, d’une part, très préoccupé par la situation et j’observe très attentivement et avec une certaine inquiétude l’évolution sociétale et économique. D’autre part, j’ai aussi saisi cette occasion pour remettre en question certains schémas établis. Je considère dès lors que cette crise peut mettre en lumière un certain potentiel en chacun de nous, en termes de développement et d’épanouissement personnel. 

Quelles sont les défis qu’ebi-pharm ag a rencontré dans le contexte  lié à la pandémie?

Comme nombre d’entreprises, nous avons été pris au dépourvu en début d’année. Il a fallu rapidement mettre en place un plan de continuation de l’activité commerciale, adapter les processus en intégrant le télétravail et ceci dans des délais très courts. J’ose affirmer que nous avons été relativement performants dans le passage de ce cap pour deux raisons : la taille et l’organisation de l’entreprise nous ont permis de décider et de mettre des mesures en place rapidement. Nous pouvons en effet agir de manière très flexible. Notre culture d’entreprise positive a ensuite été un support formidable en ces temps difficiles. J’ai toujours senti une très grande solidarité et une compréhension sans faille de nos collaboratrices et collaborateurs. J’ai même parfois été extrêmement touché par leur engagement et cela m’a rendu vraiment fier!  

Au niveau privé, qu’est-ce qui a changé avec  la situation liée à la pandémie?  

Tout à coup, nous avions beaucoup de temps à disposition – pour nous-mêmes et pour la famille. Je ne suis pas quelqu’un qui considère les choses comme étant acquises ou dues. Et une fois de plus, la réalité nous a montré que nous devons être très reconnaissants pour toutes les petites choses qui nous accompagnent chaque jour. 

J’ai beaucoup apprécié ce nouvel espace, c’est-à-dire une tranquillité et du temps supplémentaire à disposition et je souhaiterais, d’une certaine manière et lorsque des temps plus sereins seront de retour, pouvoir conserver l’une ou l’autre de ces nouvelles habitudes. 

Cette année, le numérique a été un mot très marquant. Quelle est l’évolution d’ebi-pharm dans ce domaine? 

Pour ebi-pharm, le numérique a toujours été abordé comme une priorité. Nous développons depuis plusieurs années différents projets dans ce domaine, en vue d’accompagner et de soutenir notre clientèle spécialisée de manière encore plus professionnelle. Il s’agit d’un thème qui nous tient à coeur depuis longtemps déjà et c’est la raison pour laquelle nous avons recruté, en mai dernier, Reto Gurtner au sein de notre conseil d’administration. Il a ainsi pu nous faire bénéficier de son expertise dans le monde numérique. 

Dans le secteur de la santé, beaucoup de choses fonctionnent encore avec la technologie analogique. Comment gérer l'équilibre entre le numérique et l'analogique sans négliger l'un ou l'autre?

Je crois sincèrement qu’il ne s’agit pas de « l’un ou l’autre », mais plutôt de « l’un et l’autre ». Les offres sont étroitement liées. Le plus grand défi sera de poursuivre et d’assurer une ouverture d’esprit toujours plus grande, pour nous tous qui avons grandi dans le monde analogique. Nous pourrons ainsi non seulement accepter les nouvelles voies proposées, mais également apporter notre contribution dans la manière de les façonner activement. Je remarque, en particulier dans notre branche, encore trop peu d’ouverture et d’acceptation en lien avec ce thème.

Depuis sa fondation en 1988, ebi-pharm s’est établie sur le marché en tant qu’interlocutrice et experte dans le domaine de la médecine complémentaire. Comment l’environnement a-t-il évolué depuis la création de la société? 

Rétrospectivement, beaucoup d’étapes se sont succédées ces dernières 30 années. La votation populaire de 2009 a certainement été un réel point fort, avec pour résultat la validation de la médecine complémentaire dans la constitution fédérale. L’engagement de diverses personnes issues du monde politique, médical et économique a permis de franchir des étapes majeures.

Si je me pose la question aujourd’hui et essaye de définir exactement ce qui a changé, la réponse n’est de loin pas évidente. L’acceptation des médecines complémentaires au sein de la population a fortement augmenté. De nombreuses bases ont concrètement été établies. Néanmoins, dans la pratique quotidienne, je constate des problèmes et des obstacles similaires à ceux rencontrés autrefois. 

Le passage d’une petite entreprise familiale à une entreprise de taille moyenne occupant une centaine de personnes permet-il de conserver un esprit familial? 

Nous y travaillons tous les jours. Je suis fortement convaincu que cet esprit familial est une valeur forte et notre atout le plus important. Au sein d’une petite équipe, il est relativement facile de le vivre. On se voit et on se fréquente pratiquement tous les jours. Si notre entreprise grandit encore, cela deviendra certainement plus difficile. Mais c’est possible et il sera alors important de trouver de nouveaux chemins pour ne pas « grandir en s’éloignant les uns des autres ».  

Personnellement, cette proximité familiale représente un aspect primordial de notre entreprise. Pour savoir comment nous parvenons à le vivre, il faudrait le demander directement à notre personnel. Ou pourquoi ne pas questionner nos clients et nos partenaires, qui devraient percevoir quotidiennement cet état d’esprit dans leur collaboration avec notre entreprise… 

Renforcer son système immunitaire représente un thème important en hiver et durant la période du corona. La médecine complémentaire a beaucoup à offrir dans ce domaine, est-ce vrai? 

Oui, absolument ! Les chiffres de vente montrent qu'en cette année sensible, de nombreux consommateurs font confiance aux produits de la médecine complémentaire. À mon avis, la plus grande opportunité de la médecine complémentaire réside dans le domaine de la prévention et des maladies chroniques. Ce serait fantastique si cette acceptance, qui est en partie largement ancrée dans la population, pouvait également s’étendre aux milieux spécialisés et dans les cercles d’experts.  

La formation continue représente un des piliers d’ebi-pharm depuis sa fondation. Comment ce domaine s’est-il développé au cours des dernières années?  

Depuis la fondation d’ebi-pharm par mes parents, de nombreuses journées de formation continue ont été organisées chaque année. Le fait de transmettre sur place les fondements des concepts thérapeutiques et des produits aux spécialistes est certainement une excellente méthode pour que le consommateur final et les patients puissent en tirer le meilleur parti.  

Au fil des ans, l’offre en formation s’est élargie. Nous proposons actuellement et depuis plusieurs années déjà des webinaires, des podcasts ou des formations en ligne. Dans les années à venir, il est probable que ces offres fusionneront encore plus les unes avec les autres. La formation en ligne ne devra toutefois jamais se substituer aux manifestations en présentiel, mais elle peut évidemment apporter une complémentarité très intéressante.

Directeur général d’ebi-pharm depuis 2008, quels ont été tes plus grands challenges au cours des 12 dernières années? 

Oh…quelle question! Il s’est passé tellement de choses en 12 ans. Un certain nombre d’éléments nous ont contraints à relever des défis et d’autres nous ont inspirés à aller toujours plus loin !   

Je vais répondre à cette question d’un point de vue tout à fait personnel : je suis quelqu’un qui souhaite être compris lorsque je prends des décisions. Évidemment, nous ne devons pas toujours avoir les mêmes opinions, pourtant, je désire que ma prise de décision soit intégrée, même si les avis diffèrent. Au cours des dernières années, la complexité du marché s’est accrue et celle de la société s’est développée dans un contexte sans précédent. Notre manière d’agir et nos décisions sont de plus en plus soumises à des interdépendances diverses. Ces circonstances complexifient      

énormément mes projets bien intentionnés lorsque je souhaite impliquer entièrement mes partenaires et les personnes qui m’accompagnent. 

À ton avis, où se situent les plus grands défis du futur?

Notre profession a longtemps été préservée et considérée comme une sorte de « zone naturelle protégée ». Alors que de nombreuses branches ont déjà été passablement chahutées – par la numérisation ou par de nouveaux acteurs sur le marché, par exemple, – nous nous situons encore dans un environnement fortement privilégié. Cela va pourtant changer et notre branche sera également affectée à son tour. Il est dès lors primordial de ne pas attendre ces changements, mais d’y participer et de les façonner activement !

Pour terminer : si tu pouvais exprimer un vœu à une fée pour 2021, que demanderais-tu? 

Je demanderais à la fée de nous accompagner sans interruption en 2021 et de sans cesse nous remémorer tout ce que nous avons appris en 2020. Elle devrait nous soutenir pour que nous puissions être capables de rester reconnaissants et humbles et ainsi nous abstenir de retomber trop rapidement dans le « plus on a et mieux c’est ». Si nous réussissons ce défi, alors nous aurons créé une base solide pour continuer. En ce qui concerne le reste, la responsabilité repose à nouveau sur nos épaules! 

Votre contact
Sharon Zwahlen
Responsable services marketing & communciation
Téléphone : +41 76 553 18 32
Mail:  szwahlen@ebi-pharm.ch

www.ebi-pharm.ch
ebi-pharm ag  I  Lindachstrasse 8c  I  Case postale  I  CH-3038 Kirchlindach

 

Stefan Binz, directeur d’ebi-pharm, souhaite plus d’humilité et de gratitude pour 2021.